Consommer bio en ville, un défi accessible 1/2

À Lyon, le bio prend de l’ampleur. La Ruche qui dit oui, propose chaque semaine des produits bio depuis plus d’un an. Clémence Ducastel est responsable de la Ruche du quartier Foch, et explique l’importance de ce genre d’initiatives qui forment la politique alimentaire de demain.

« La Ruche est une entreprise, et celle dont je m’occupe est bio. Pour moi c’est important, je n’aurais pas créé de Ruche si elle n’était pas bio », commence Clémence Ducastel, responsable de l’antenne du quartier Foch (Lyon 6ème). Une déclaration qui n’est pas anodine car en France, depuis quatre ans maintenant, la consommation de produit bio est un enjeu de santé publique, tout du moins pour les citoyens. En 2015, 89 % des Français, selon l’Agence Bio, déclarent consommer au moins occasionnellement du bio. Ce chiffre s’explique aussi par la présence grandissante de structures qui commercialisent cette production souvent issue d’une agriculture locale.

Sur Lyon et ses alentours, il est possible de consommer local et bio via une une Association pour le maintien de l’agriculture paysanne (AMAP), qui fait le lien entre consommateur et producteur, mais aussi en passant par d’autres systèmes comme les marchés de producteurs ou encore la Ruche qui dit oui. « J’ai créé ma Ruche le 24 février 2015, il a fallu du temps pour qu’elle décolle. Pendant un an-et-demi on plafonnait à 25 paniers, aujourd’hui on en écoule 70 chaque semaine. Nous avons même atteint un pic de 106 paniers », se félicite la responsable.

« Perdurer est plus dur que se lancer »

Pourtant un tel objectif, ne semblait pas facilement atteignable. « Quand une Ruche dépasse les deux ans, c’est bon signe », raconte Clémence Ducastel, « certaines peuvent fermer à cause d’une faible densité de population, perdurer est plus dur que se lancer. Il faut fidéliser les abeilles (les clients, ndlr), les producteurs et les lieux de distribution. »

Ce besoin de fidélisation, même auprès du producteur, est nécessaire, puisque sur une vente ce dernier fixe directement le prix de son produit. La Ruche prend 16,7 % de marge sur les bénéfices, divisé en parts égales entre le siège social et le responsable de la Ruche. La gérante précise qu’ il faut que tout le monde soit gagnant mais que le prix reste convenable pour les consommateurs.

Le fait de vendre des produits bio a aussi été une difficulté supplémentaire, puisque si la jeune femme avait un annuaire de départ avec des contacts d’agriculteurs, il a fallu en trouver qui aient une production adéquate. « Le plus difficile c’est d’avoir des maraîchers et des arboriculteurs bios », ajoute Clémence Ducastel, « les petits producteurs locaux sont essentiels même si l’idéal serait d’avoir de la grande production. »

« Travailler ensemble avec les AMAP »

À côté de la Ruche, les consommateurs ont aussi accès aux AMAP. « Historiquement elles ont initié les circuits courts bios en ville », éclaire la responsable, « c’est une bonne chose, mais ça correspond à un système différent du nôtre. » La principale différence tient dans le contenu du panier proposé, puisque dans une AMAP celui-ci est fixe, contrairement à la Ruche où le producteur est davantage libre pour rajouter ou enlever des produits. « Leur système convient bien aux personnes qui aiment tout, le consommateur peut choisir celui qu’il préfère, et c’est bien ! J’aimerais bien que la Ruche et les AMAP travaillent ensemble », espère Clémence Ducatel.

Pratique : En France il existe 750 Ruches, et 1 000 en Europe. Si vous souhaitez commander un panier de produits au choix, vous pouvez vous rendre sur le site internet pour choisir jusqu’à trois Ruches autour de chez vous et pour récupérer votre commande dans l’une d’elles. Les dates et horaires de commande et de retrait sont disponibles sur les sites des Ruches proches de chez vous.

Adrian Guigue

Advertisements

Une réflexion sur “Consommer bio en ville, un défi accessible 1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s